En appliquant la norme de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (EITI), la société KRAOMA favorise l’entrée de Madagascar au sein des membres de l’EITI. Elle travaille conformément aux exigences des règles régissant le fonctionnement des industries extractives : le secteur pétrolier, gazier et minier.
L’EITI est une coalition globale d’entreprises, de gouvernements et d’organisations de la société civile œuvrant ensemble pour améliorer la transparence et la gestion responsable des revenus issus des ressources naturelles.
Pour plus d’informations concernant l’EITI, consultez EITI

L’extraction des ressources telles que le pétrole, le gaz, les métaux et les minerais peut générer la croissance économique et encourager le développement social. Pour assurer que ces ressources profitent bien à tous les citoyens, il est capital d’obtenir plus de transparence sur la gestion des richesses issues de l’extraction des ressources naturelles d’un pays.

Madagascar a été candidat à l’EITI en 2008 et faisait partie intégrante du système jusqu’à sa suspension en octobre 2011. Cette suspension fut engendrée par la crise de 2009 entrainant la non-reconnaissance du pays par la Communauté Internationale. Pourtant, le retour à l’ordre constitutionnel de l’actuel régime a permis de lever la suspension.
Suite au conseil du gouvernement en juin 2014, le Ministre d’Etat en charge des Mines et du Pétrole, LALAHARISAINA Joëli Valérien a été nommé « Champion de l’EITI ». Il est chargé de diriger la mise en œuvre des normes internationales dans la transparence à Madagascar au niveau du pétrole et du secteur minier.
Le contrôle du paiement des redevances et des autres charges des compagnies pétrolières et minières envers l’Etat est attribué à ce responsable. Ce dernier se charge aussi de demander à l’Etat des intérêts qu’il a reçu de ces compagnies. La confrontation de ces opérations permet de valider la transparence. Bref, cette procédure élimine les éventuelles corruptions dans le processus de paiement des redevances ou d’autres charges pour l’Etat.
La société KRAOMA verse à l’Etat Malgache des obligations pécuniaires.
- Frais d’administration minière auprès du BCMM (Bureau des Cadastres Miniers de Madagascar)
- Impôts sur les Revenus,
- Droits d’enregistrement des actes,
- TVA à l’importation,
- Droits de douane,
- Droits d’importation,
- Droits d’exportation,
- IRCM (Impôts sur les Revenus des Capitaux mobiliers),
- IFPB (Impôts fonciers sur le Propriété Bâti),
- IRSA,
- Impôts locaux.

Möglichkeiten und grenzen der verantwortungnachfolgend sind einige tipps zum essay schreiben fur mehr Infos klicken thesen genannt, in denen versucht wird, grundpositionen zum problem der verantwortung zusammenfassend darzustellen
PartagerShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookEmail this to someonePrint this page